• RH : Le plaisir comme indicateur qualité du changement RH : Le plaisir comme indicateur qualité du changement
    RH
    RH
    1910 Vues
    23/09/2015
    SBON

    S’engager dans un projet de refonte de son SIRH nécessite pour la DRH de prendre du recul sur ses pratiques et modes de fonctionnement existants. A la fois vitrine des orientations stratégiques et garant de l’efficacité globale des services RH, l’élargissement fonctionnel reste un objectif moteur d’un changement d’outil, qu’il s’agisse de répondre à une nouvelle obligation réglementaire ou de fluidifier des processus administratifs chronophages.

     

     

    Pas de changement profitable sans apport de valeur

     

     

     

     

    Il est alors habituel de confronter les attentes en termes de processus métier aux opportunités techniques proposées par les solutions du marché. Ainsi, au-delà de traduire l’adéquation d’un outil à un besoin par le taux de couverture de ses fonctionnalités, il est capital de décrypter l’apport de valeur des processus à intégrer à l’outil, et d’en factualiser les impacts en termes d’organisation interne et de mise en œuvre opérationnelle.

     

    Autrement dit, un processus « rationnellement » optimisé et outillé ne deviendra efficient que si les acteurs terrain qui le feront vivre s’approprient les futurs bénéfices du changement dans un état d’esprit positif et volontariste, en contrepoids de la peur du changement et des résistances naturelles qui se nourrissent de l’ancrage de la culture et des pratiques existantes.

     

     

     

    Bien préparer les hommes pour garantir leur adhésion

     

     

    La conduite du changement est donc bien à remettre au cœur de la stratégie de déploiement d’une nouvelle solution SIRH, notamment au regard de la généralisation des fonctions collaboratives qui impactent l’organisation et la mise en musique des processus. En effet, pour réussir la mise en œuvre d’un nouveau processus au sein du SIRH, il ne suffit pas de tester rigoureusement les modes opératoires et de régler avec minutie les mécanismes de collaboration qui seront pilotés par le SIRH… Dans les faits, pour transformer les gains théoriques en bénéfices réellement partagés, il est indispensable de prendre en compte les facteurs humains d’adhésion et de résistance au changement de chaque fonction impliquée dans le déroulement du processus.

     

     

    En effet, que les processus métier soient partagés avec un prestataire ou qu’ils restent traités en interne, leur efficacité opérationnelle passe par la compréhension et l’adhésion des acteurs terrain qui y participent. Autrement dit, l’efficience d’un processus se mesure au degré d’appropriation des contributeurs et à leur satisfaction au regard des bénéfices obtenus.

     

     

    Dès lors, ce qui devient crucial dans la recherche d’optimisation des processus métier, ce n’est plus simplement le rigorisme de la formalisation et l’adéquation technologique, mais la compréhension et la reconnaissance des zones de souffrance (peine, limites) et des zones de bénéfice (plaisir, opportunités), afin de cibler les actions qui favorise la promotion du changement :

     

    • Cibler la communication projet sur les bénéfices du changement : valoriser ce qui change, ce qu’apporte le changement, les échanges qu’il facilite, les difficultés qu’il résout, les données qu’il fiabilise, les délais qu’il raccourcit, les coûts qu’il réduit, les compétences qu’il développe, … .

     

    • Anticiper et partager les réticences au changement : renoncer aux tabous, identifier les freins avec les acteurs terrain et partager les actions permettant de désamorcer les points de blocage ou de frustration.

     

    • Former les acteurs en leur permettant de s’entraîner et de se rassurer : les accompagner à sortir de leur zone de confort et leur permettre de mesurer les bienfaits du nouvel équilibre.

     

     

     

    Valoriser le plaisir pour promouvoir le changement

     

     

    Afin d’exploiter tous les gisements de motivation des contributeurs conduisant au succès d’une démarche de changement, Althéa propose une approche innovante de son offre Process Reengineering par l’apport d’un accompagnement global du changement, en :

     

    • Introduisant l’axe « plaisir » (épanouissement, satisfaction des acteurs) dans l’analyse des processus-cible et des bénéfices recherchés.

     

    • Préconisant les conditions de succès de leur mise en œuvre opérationnelle, et contextualisant des actions visant l’appropriation et la valorisation de la dimension plaisir comme effet de contagion à l’acceptation et à l’envie de changement).

     

    • Intégrer la réalité client des comportements observés face au changement pour une stratégie « sur-mesure » de promotion du changement.

     

     

     

    Cette thématique vous intéresse ? Découvrez aussi :

     

     

    Motivation 3.0 : trois facteurs à connaître pour motiver ses équipes

     

     

    Gestion des talents et performance de l’entreprise : Quels liens ?

     

RH SIRH Talent Déploiement Conduite du changement Culture d'entreprise