• Les ingrédients d’une recette réussie de votre SIRH ! Les ingrédients d’une recette réussie de votre SIRH !
    SIRH
    SIRH
    3501 Vues
    04/03/2015
    CCHE

    Pour garantir la réussite de votre projet, la recette fonctionnelle nécessite une attention particulière. Elle est la dernière étape avant la bascule et la mise en production de votre application : La direction, les chefs de projets côté Métier, MOE et MOA préparent une feuille de route « stratégique », constituée de points de passage nécessaires à la validation en production.

     

     

    Mais c’est quoi la recette …?!

     

    En informatique, le terme « recette » désigne une phase de tests qui permet aux équipes de la MOA de valider les fonctionnalités développées par la MOE. Cette étape contrôle que le paramétrage soit conforme aux besoins exprimés dans le cahier des charges et dans les conceptions. L’exécution des scénarios de tests en amont évite de perdre du temps sur des dysfonctionnements identifiés une fois l’outil déployé, ce qui peut coûter cher !

     

    Quels sont les ingrédients d’une recette réussie ?

     

    La réalisation de la recette est différente à chaque projet car elle est propre à la situation de l’entreprise : elle doit-être adaptée au contexte, à l’environnement, à la solution informatique choisie et aux moyens mis en place (budget, planning, ressources, outils).

     

    Néanmoins, il existe des méthodes de travail qui favorisent le bon déroulement d’une recette. Voici une « check-list » non exhaustive des différentes conditions essentielles à sa réussite :

     

    #1 - MOBILISER LES ACTEURS : Ils sont primordiaux ! Sans eux, la vérification du besoin qui a été paramétré ne peut pas se faire. Il est indispensable d’identifier les rôles et les responsabilités de chacun dans l’outil à tester (les directions, les utilisateurs, la MOA et la MOE), de s’assurer de leur disponibilité et de les accompagner à la prise en main de l’outil. Un groupe représentatif des utilisateurs finaux sera mobilisé pour l’exécution des tests.

     

    #2 - IDENTIFIER LE PERIMETRE : Pour une meilleure efficacité, il est préférable de définir les domaines technico-fonctionnels qui sont impactés par le changement d’outil, puis de décomposer le projet. On peut plus facilement identifier des lots de tests, en fonction de leurs aspects applicatifs et/ou fonctionnels, puis les séparer ou les grouper dans le planning : sont-ils à tester dans la même période ou à répartir dans le temps ?

     

    #3 - ORGANISER UN PLANNING : Un calendrier des différentes phases (recette technique, recette utilisateurs, contrôle en masse…) permet d’assurer de la visibilité, de prévoir des actions spécifiques et de maîtriser l’avancement de la recette dans des délais impartis.

     

    #4 - DISPOSER D’UN ENVIRONNEMENT DE TESTS : Cet environnement spécifique utilise un jeu de données le plus représentatif de la population identifiée, il conserve la confidentialité des données avec des droits d’accès par utilisateur.

     

    #5 - CONDUIRE LE CHANGEMENT AUPRES DES UTILISATEURS : Une formation à l’application est souvent nécessaire, elle vient en support en donnant les moyens de comprendre l’outil et de réaliser les tests. Les formations se programment avant ou pendant la recette.

     

    #6 - S’ASSURER D’UNE GOUVERNANCE ACTIVE : Pour faciliter la communication interne, un « chef d’orchestre » accompagne la bonne exécution des tests. Sa connaissance du contexte et de l’environnement client lui permet d’alerter sur les risques et de prendre les décisions nécessaires à la bonne démarche de la recette.

     

    #7 - UTILISER DES OUTILS DE PILOTAGE : Ils sont là pour optimiser le déroulement de la recette, différents supports sont préconisés :

     

    • Un outil de remontée des anomalies : Les erreurs sont décrites à travers des « tickets » (ou « des fiches ») envoyés à la maîtrise d’œuvre qui est en charge de corriger les anomalies pendant la phase de recette.
    • Un tableau de bord de suivi de la recette : Il donne une vision synthétique de l’avancement par domaine fonctionnel et technique.
    • Le cahier de recette : Il définit des scénarios de tests et couvre l’ensemble des cas de figures possibles qui peuvent se produire dans la réalité. Il devient le document de référence aux tests pour les recetteurs. Il a pour vocation la validation du passage en production : le fameux « GO/NO GO ».
    • Une connexion à un Répertoire ou Réseau partagé : Les utilisateurs peuvent y poser leur questions, partager leurs retours, centraliser des documents de support (exemple : règles fonctionnelle, formations)…L’intérêt étant de capitaliser les connaissances de tous !

     

     

    Alors prêts pour la Recette ?

     

    N’oubliez pas : cette phase peut être contraignante mais une recette bien préparée et bien exécutée sécurise votre projet… Alors En avant le déploiement !

     

     

     

     

     

     

    Pour aller plus loin, d’autres articles en parlent aussi :

    https://gestiondeprojets.wordpress.com/2009/03/23/etape-recette-fonctionnelle-utilisateur/

    http://www.responsive-mind.fr/recettes-site-internet/

    http://www.test-recette.fr/recette/acteurs.html

SIRH Solution Déploiement Recette SIRH