• Les facteurs clés de succès du projet SIRH de la SNCF : Ambition et Forte mobilisation ! Les facteurs clés de succès du projet SIRH de la SNCF : Ambition et Forte mobilisation !
    SIRH
    SIRH
    2049 Vues
    19/10/2016
    CCHE & CTAM

    Deux ans après la mise en exploitation de son nouveau SIRH et avec environ 160 000 paies produites en France, la SNCF a accepté de nous parler de ce long projet, commencé il y a dix ans de cela ! Rachel Chevaux, Responsable Adjoint Cœur Agent HELIOS, en charge de la production de la GA-PAIE-Comptabilité du SIRH en France, nous donne son point de vue sur les difficultés et les facteurs clés de succès d’un tel projet ! 

     

     

    Pourquoi la SNCF devait se munir d'un nouveau SIRH et quand a été entamé le projet de refonte ?

     

     

    La SNCF se devait de remplacer son application « Central Paie » utilisée depuis 1981 car son fonctionnement ne permettait plus de répondre aux besoins d’aujourd’hui :

     

     

    • Environnement et technologie vieillissants.

     

    • Raréfaction des compétences et des connaissances.

     

    • Evolutivité limitée par rapport au développement de la SNCF (notamment pour la réforme ferroviaire).

     

    Le projet s’est constitué selon une chronologie successive des appels d’offre :

     

    • 2006 : Pour le choix du progiciel de gestion (qui devait inclure la Paie de 160 000 agents).

     

    • 2007 : Pour la refonte des modules formation et recrutement.

     

    • 2010 : Pour la mise en place de la gestion des emplois.

     

     

     
     
     
     

    Pour la partie Volet 3, GA/paie, comment avez-vous choisi la solution et l’intégrateur retenu ?

     

     

     

     

    Intégrés à l’appel d’offre, les livres blancs ont permis une première approche sur la solution future et son dimensionnement (budget, planning, effectif). La SNCF a notamment émis un point d’attention particulier quant au budget alloué à ce projet. Ces derniers ont alors été notés lors de leur proposition commerciale selon une grille où les visions fonctionnelle, technologique et budgétaire ont été des critères déterminants.

     

    L’outil retenu devait être une solution intégrée, avoir la capacité de gérer la volumétrie de la SNCF (160 000 agents), être performant (notamment sur les traitements de paies) et être évolutif.

     

    La SNCF a été accompagnée par un cabinet de conseil pour cette phase d’aide au choix.

     

    HR Access a été retenu pour répondre au besoin spécifique de la SNCF avec un groupement d’intégrateur (IBM – Logica).

     

     

    Quels ont été les facteurs clés de succès de ce projet ?

     

     

    Une forte mobilisation des équipes internes

     

    • Depuis le début du projet, la SNCF a mobilisé les équipes du métier dans la mise en place de la solution, notamment pour la refonte des processus RH et SIRH. C’est un choix de co-construction qui s’est fait dès le départ. 

     

    • Un esprit de « gagnant » a duré tout le long du projet grâce à la motivation de toutes les équipes impliquées, SNCF et intégrateurs.

     

     

    Un planning strict et rigoureux

     

    • L’obligation de résultat pour la mise en production de Janvier 2015 a été perçue comme une contrainte au début du projet mais a été vécue comme le fil rouge à atteindre tout le long de la réalisation du projet. Poser un jalon qui est impossible à décaler a permis de cadrer de très près chaque étape d’avancement du projet.

     

    • Un plan de marche rythmé par des Go/No Go, un planning serré et des actions et arbitrages concrets ont également permis de toujours continuer à avancer et d’atteindre cet objectif.

     

    • Des phases de marche à blanc et de paies en double ont été mises en place en 2015 et ont permis de tenir les délais avant la mise en production.

     

     

     

    Une forte expertise et un accompagnement dédié

    ​​

     

    • Une expertise forte de l’ensemble des acteurs du projet a été privilégiée.

     

    • La gestion de la performance a été aussi un gros succès : pour gérer les 160 000 agents en GA et en paie, trois serveurs tournent au quotidien pour assurer la production. Ainsi, le délai des lancements de paie a été optimal !

     

    • La formation des utilisateurs a été un vaste chantier : dès 2013 la SNCF a commencé à présenter le nouveau produit HR Access puis, les utilisateurs ont eu des sessions de formation en 2014. Une équipe de rédaction des scénarios cibles et un environnement de base « Ecole » a été mise à disposition. Une dizaine d’établissement en France a suivi la formation ; un relais (un correspondant régional) a suivi de près les utilisateurs pour devenir leur référent MOE ou MOA en recette métier. Une semaine de recette utilisateur côté Paie a été montée à Paris avec une trentaine de gestionnaires de paie lors de la marche en double de paie, c'est-à-dire six mois avant le démarrage en production.

     

     

    Tous ces points clés ont permis un démarrage en temps et en heure.

     

     

     

     

    Quels ont été les points de blocages de ce projet ?

     

     

    Les blocages ne sont pas venus des compétences des Hommes mais de l’organisation :

     

     

    • L’ampleur d’un projet hors normes a pu être crainte par les équipes et les intégrateurs.

     

    • Une des principales difficultés a été de faire accepter le changement et faire en sorte que tous les acteurs internes aient cette volonté de changer et d’avancer.

     

    • La reprise des données n’a pu être faite que très peu de temps avant la mise en production (décembre 2014) et sur une période très courte. La fiabilisation des données lors de la reprise a été une étape délicate du projet. De plus, il y a eu une complexité supplémentaire avec la réintégration des données du Volet 1/2 (formation /recrutement).

     

    • La complexité et le volume conséquent des flux SNCF n’ont pas permis de mettre en production au 01/01/2015 tous les flux. Une gestion des priorités a dû être mise en œuvre afin de rattraper les flux restants tout au long de 2015.

     

    • La spécificité de la paie de la SNCF, la complexité de ses règles et le souhait de rénover les process ont été des sujets majeurs tout au long du projet.

     

    • La gestion des environnements a également été complexe. Ainsi de nombreux bugs sont apparus uniquement en volumétrie réelle (en PROD) car les environnements de développement et de recette ne permettaient pas des tests en condition réelle.

     

     

     

    Et au final, est-ce que les utilisateurs ont adopté ce nouveau SIRH ?

     

     

    Le projet est un véritable succès, la paie de la SNCF tourne aujourd’hui pour 160 000 agents.

     

    Les décideurs du projet sont partis vers d’autres projets, laissant une gestion du SIRH SNCF en bonne collaboration entre les acteurs SNCF et SOPRA.

     

    Les utilisateurs maitrisent de mieux en mieux cet outil qui leur avait été « vendu » comme très performant avec des données mises en qualité, passant ainsi d’un rôle de saisie sur l’ancien système à un rôle de contrôleur de la qualité de la paie.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Interview de Rachel Chevaux, Responsable Adjoint Cœur Agent HELIOS (GA-PAIE-Comptabilité du SIRH de la SNCF) à la SNCF - Effectif : 160 000 salariés

     

SIRH Projet SOPRA Succès