• Le gaming en formation : à vos marques… prêts ? Jouez !!! Le gaming en formation : à vos marques… prêts ? Jouez !!!
    RH
    RH
    3496 Vues
    29/04/2015
    MCHA

    « Comment réaliser 4 triangles équilatéraux avec 6 allumettes ? ». Cela pourrait être le début d’une formation : une  énigme anodine au prime abord, qui va pourtant permettre au formateur de tester la capacité des stagiaires à sortir du cadre et à penser différemment. Parce qu’apprendre, c’est aussi avoir la capacité de désapprendre, l’intégration du jeu dans la pédagogie d’une formation peut jouer un rôle important dans la réussite d’une formation.

     

     

    Qu’est-ce que le Gaming ?

     

    Le Gaming, ou Ludification en français, consiste à intégrer du jeu dans une formation. Longtemps considéré comme un non-sens, le gaming commence aujourd’hui à être sérieusement envisagé comme une façon de rendre la formation plus attractive et efficace.

     

     

    Pourquoi intégrer le jeu dans une formation ?

     

    Cela permet de :

     

    • Développer l’apprentissage social : la capacité des jeux à faciliter l’engagement et le développement de la motivation en formation est aujourd’hui actée. L’approche ludique favorise  un environnement convivial qui permet aux stagiaires d’interagir de manière active et bienveillante.

     

    • Rendre le salarié acteur de son apprentissage : l’apprentissage collaboratif offert par le gaming permet de casser le statut « omniscient » professoral du formateur ; l’apprenant peut « co-animer » la formation en collaborant activement pendant le jeu.

     

    • Faciliter l’apprentissage par l’action : jouer permet au salarié de mieux retenir des notions importantes dont il n’aurait pas forcément mesuré l’importance s’il n’avait pas été confronté au problème / concept.

     

     

    Quels sont les freins ?

     

    Les avantages apportés par le jeu en formation sont reconnus mais n’empêchent pas certaines sociétés et formateurs de rester réfractaires à son utilisation. Florilège d’idées reçues couramment entendues en entreprise :

     

    • Seuls les « jeunes » sont captifs au gaming : FAUX - le gaming, si adapté à l’auditoire formé et bien utilisé, peut être un vecteur de réduction des différences générationnelles.

     

    • Le gaming n’a pas vocation à remplacer le présentiel : VRAI – en revanche, correctement intégré dans un parcours ou en complément d’une autre modalité, il favorise l’efficacité de la formation et la réceptivité de l’apprenant.  Le jeu, activité sociale par excellence, permet de mettre l’ensemble des apprenants sur un pied d’égalité face aux règles énoncées par le formateur.

     

    • Le Gaming oblige le formateur à se remettre en question : VRAI - Le support « classique » doit être  repensé pour inclure efficacement les activités ludiques. Le formateur doit également adapter sa pédagogie. Cela explique des réticences, mais qui sont compensées par un retour sur investissement : pédagogie plus facile à vendre, salariés mieux formés, compétences acquises sur un plus long terme, …

     

     

    Quels types de jeu à intégrer dans ces formations ?

     

    Il existe plusieurs catégories de jeux pouvant être mises en place en fonction de la pertinence et du but recherché. Présentation des trois types de gaming les plus utilisés :

     

    • Les jeux-cadres d’entreprises - Jeux de type prêts-à-former sur mesure.[1]

     

    Le concept a été théorisé par Thiagi. Le jeu n’est qu’un contenant, dont les règles et le fonctionnement peuvent s’adapter à tout type de contenu et thématique. Les jeux cadres sont adaptables à tout type de formation et de durée avec un coût quasi-nul. Thiagi a conceptualisé plus de 1000 type de jeux. De nombreux sites proposent aujourd’hui une base de donnée détaillée de jeux cadres.

     

    Exemple de jeu cadre : « dessiner une main » chaque participant à 45 s pour dessiner une main. Le formateur demande ensuite qui a regardé sa propre main pour effectuer le dessin. La plupart des apprenants auront dessiné sans regarder leur main mais en utilisant un souvenir, une image mentale, faisant fi de la réalité portant à leur disposition. Ce concept s’appelle la stéréotypie. Pour dessiner une main ce n’est pas grave cela peut le devenir dans d’autres situations… Cet exercice simple permet de faire prendre conscience à l’apprenant qu’il doit mettre de côté ses idées préconçues.

     

    • Les mises en situation - jeux de rôles

     

    Les jeux de rôles mettent les stagiaires en situation dans un contexte positif. Les apprenants réalisent des actions permettant un apprentissage par « l’agir ». Ce type d’activité ludique est déjà très utilisé dans les formations comportementales. Le formateur doit être garant du jeu afin d’éviter les débordements.

     

    Exemple de jeu de rôle : dans une formation comportementale sur la relation client, le formateur peut jouer le rôle d’un client problématique afin de faire jouer le rôle à l’apprenant.

     

     

    • Les serious games – « Jeux sérieux »

     

    L’objectif est d’utiliser une technologie proche de celle des jeux vidéo dans le cadre d’un apprentissage professionnel. La nouvelle génération est souvent très réactive à ce type de jeu et d’apprentissage. Le coût de développement souvent important ne doit pas être négligé. Les serious games sont aujourd’hui principalement utilisés pour des actions marketing à grandes échelles et encore assez peu déployés dans un objectif de formation.

     

    L’approche ludique dans le domaine de la formation est sans conteste très efficace pour développer l’implication des apprenants en facilitant leur apprentissage. Elle  n’est pour autant pas suffisante  et doit impérativement être suivie d’un retour du formateur pour permettre à l’apprenant de prendre conscience de ce qu’il vient d’apprendre parfois sans se rendre compte.

     

    Le gaming est ainsi un outil intéressant et peu complexe à mettre en place. Outre la formation, le jeu peut être envisagé dans d’autres domaines. La conduite du changement ou l’animation de réunions métiers pourraient par exemple parfaitement bénéficier des  avantages du gaming.

     

    Pour conclure, revenons à notre question du départ : avez-vous réussi à réaliser 4 triangles équilatéraux avec  6 allumettes ? Si non, vous pensez probablement en 2 dimensions ! En basculant en 3 dimensions la réalisation d’une pyramide vous apparait presque immédiatement.

     

Formation Gaming Pédagogie