• La fraude au président : 9 bons réflexes pour limiter la casse ! La fraude au président : 9 bons réflexes pour limiter la casse !
    Finance
    Finance
    542 Vues
    01/06/2018
    GIMB

     

     

     

    Un coup de téléphone et il est possible de détourner plusieurs centaines de milliers d’euros à des entreprises : Simple comme un coup de fil !

     

    Cet exemple de fraude fait partie de la fraude dit « au président » qui est devenue en France la première tentative d’escroquerie devant les cybers fraudes et les faux fournisseurs.

     

     

    Historiquement, ce sont les grandes entreprises françaises qui furent attaquées les premières. Apparue dans les années 2010, ces escroqueries ont explosé à partir de 2014 : Chaque année en France, c’est près de 400 millions d’euros qui disparaissent par la simple technique de la fraude au président.

     

     

     

     

    Près de 10% des entreprises attaquées auraient subi un préjudice supérieur à 100 000 euros.

     

     

     

    La lutte contre la fraude est devenue l’une des priorités pour les entreprises : d’après une étude réalisée par Grant Thornton*, 99% des entreprises interrogées jugent cet enjeu important ou très important.


    *Etude réalisée auprès de 1900 personnes en 2017

     

     

     

     

    Mais comment ça marche ?

     

     

     

     

    1) Une personne mal intentionnée collecte toutes les informations sur une entreprise et sur sa direction.

     

     

     

    2) Cette même personne contacte un salarié de l’entreprise en se faisant passer pour le directeur général et lui demande de réaliser une opération financière rapidement et sans en avertir son supérieur hiérarchique car il s’agit d’une opération confidentielle.

     

     

     

     

    3) Le salarié sous la pression et en confiance, exécute la transaction sur des comptes à l’étranger.

     

     

     

     

    4) L’escroc peut ensuite récupérer l’argent sans problème.

     

     

     

     

    La fraude au président nécessite une très bonne connaissance du fonctionnement de l’entreprise. L’escroc aura au préalable, collecté les informations nécessaires, le plus souvent par une intrusion dans les systèmes d’information ou les agendas et carnets d’adresse électroniques.

     

     

     

     

    Comment se prémunir contre cette fraude ?

     

     

     

     

    Depuis plusieurs années, l’Office central de la répression de la grande délinquance financière s’est mobilisée pour faire de la prévention et de la mobilisation auprès des entreprises, en créant un module de E-learning.

     

     

     

    Cependant sur le terme légal, il est très compliqué de résoudre ce genre d’enquêtes car il s’agit d’opérations réalisées à l’étranger et dont les actions sont le plus souvent anonymes et intraçables.

     

     

     

     

     

    Et le rôle des banques ?

     

     

     

     

     

    Vos banques jouent également un rôle important contre cette fraude.

     

     

     

    En effet, la fraude au président est devenue une aubaine pour les banques qui arrivent en première ligne, face à ce phénomène qui ne cesse de se développer !

     

     

     

    Les banques doivent avoir, à l’égard de leurs clients, un devoir de vigilance lorsqu’il s’agit d’opérations financières car celles-ci peuvent mettre en péril la pérennité de l’organisation.

     

     

     

    Elles doivent jouer un rôle de conseil sur les procédures à adopter afin de sécuriser au maximum les opérations financières.

     

     

     

     

    Elles doivent de plus s’assurer de l’absence d’anomalie avant l’exécution d’un virement bancaire. La mise en place de procédures de sécurité est indispensable et doit passer par des vérifications systématiques notamment avec une double validation lorsqu’il s’agit de virements bancaires faisant l’objet de sommes importantes.

     

     

     

    Par exemple, la Fédération Française Bancaire a publié un guide qui stipule les 9 réflexes de sécurité à adopter en entreprise pour éviter de genre d’arnaques :

     

     

     

     

    1) Respecter les procédures internes mis en place par la direction et tenter au maximum d’impliquer sa banque.

     

     

    2) Sensibiliser les collaborateurs au risque d’escroquerie

     

     

     

    3) Etre en veille sur les escroqueries en entreprise.

     

     

     

    4) Maitriser la diffusion des informations concernant votre entreprise

     

     

     

    5) Faire preuve de bon sens

     

     

     

    6) Prendre le temps d’effectuer des vérifications

     

     

     

    7) Veillez à la sécurité des accès au service de banque à distance

     

     

     

    8) Sécuriser les installations informatiques

     

     

     

    9) Contacter sa banque en cas d’escroquerie (ou de tentative)

     

     

     

     

    Enfin, toutes les banques (Société Générale, Banque Populaire, Crédit Mutuel,…) tentent de communiquer au maximum sur ces pratiques à travers des campagnes de préventions sur leurs sites internet qui préconisent divers signes qui doivent alerter les entreprises.

     

     

     

     

    Malgré toutes ces actions préventives, de nombreuses entreprises décident d’intenter une action en justice contre leurs banques sur le motif suivant : manquement à son devoir de vigilance :

     

     

     

     

    • en 2014, la banque CIC a été rendue responsable de la perte de près de 100 000 euros et a été condamné à rembourser l’intégralité du montant frauduleux.

     

     

     

     

    • en 2017, c’est le groupe Vranken-Pommery qui a décidé de se retourner contre sa banque après une escroquerie à plus d’un million d’euros. Selon l’entreprise Belge, il y a eu un manquement  à son devoir.

     

     

     

     

     

    Le nombre de tentative de fraude vise à exploser en France. Autrefois, seuls les grands groupes étaient visés. Aujourd’hui, les PMEs / ETIs sont de plus en plus confrontées à ce genre de pratiques ainsi que depuis quelques années, les hôpitaux…

     

     

     

     

    A titre d’exemple, en 2016, c’est l’entreprise BRM Mobilier qui a été liquidée suite à une fraude au président, et la privant de trésorerie de plus de 1,5 millions d’euros !!

     

     

     

     

    L’œil de notre cabinet :

     

     

     

     

    De notre expertise et connaissance terrain de ce type de fraude, Althéa recommande de prendre à bras le corps ce risque par la mise en place d’actions concrètes et pragmatiques au-delà des guides et communications effectués par les banques :

     

     

     

     

    • Sécuriser les processus des systèmes d’informations ;
    • Lancer des campagnes de prévention auprès de trésoriers afin d’adopter les bons réflexes ;
    • Réaliser des contrôles en équipe pour minimiser les pressions sur le trésorier ;
    • Accompagner et sensibiliser des salariés face à ce type de fraude
    • Adopter pour les nouveaux moyens de paiement digitaux plus sécurisés (Cf Article Althéa) :
      • Economie d’abonnement : pour des campagnes plus maitrisées et connues (Cf article économie d’abonnement)
      • Le reverse factoring : un transfert du risque auprès du factor qui prend en charge la gestion du RIB fournisseur et réduit le risque de fraude.

     

     

     

     

    Trucs et astuces pour détecter une tentative de fraude : 

     

     

     

    1. Un collaborateur que vous ne connaissez pas / très haut placé hiérarchiquement  vous contact

     

     

     

     

    2. L’urgence de la situation

    Les opérations de fraude sont régulièrement réalisées en fin de semaine, les vendredis

     

     

    3. La confidentialité de l’opération

     

     

     

    4. Les menaces de la part de l’interlocuteur

     

     

    5. Les louanges de la part de l’interlocuteur

     

     

     

     

Finance SI Finance Cash management Finance DAF Moyen de paiement Sécurité paiement DAF Cash