• L’afterwork d’entreprise ? On dit oui ! L’afterwork d’entreprise ? On dit oui !
    RH
    RH
    866 Vues
    05/07/2018
    LGUI

    Très répandus dans la culture anglo-saxonne, les afterworks fleurissent en France depuis le début des années 2010.Mais qu’en est-il des afterworks organisés par les entreprises ?Selon un sondage OpinionWay réalisé fin 2017 ¹, 60% des salariés considèrent l’afterwork comme  indispensable à leur bien-être au sein de l’entreprise. Pourtant ils ne sont que 41% à bénéficier de cette pratique et seulement 13% des entreprises y consacrent un budget. Dommage quand on sait qu’il s’agit d’un axe de management peu coûteux et aux bénéfices multiples.

     

     

     

     
     
     
     
     
     

    Construire une bonne ambiance

     

    Alors que nous passons autant de temps si ce n’est plus avec nos collègues qu’avec nos proches, un tel événement répond à un besoin de socialisation, aide à tisser des liens et contribue à une bonne ambiance de travail. L’afterwork est un moment de détente particulièrement prisé des millenials qui représenteront la moitié de la population active dès 2020 et les trois quarts en 2025, pouvant ainsi constituer un vecteur de fidélisation.² Il permet de relâcher la pression et de découvrir ses collègues sous un autre jour à travers des discussions sur des sujets professionnels mais également personnels. Des relations professionnelles peuvent alors évoluer vers des liens amicaux, 75% des salariés affirmant compter au moins un de leurs collègues ou anciens collègues dans leur cercle d’amis ³.

     

     

     

    Il ne s’agit donc pas de faire de l’afterwork un événement formel auquel les collaborateurs se sentiraient « obligés » d’assister, mais bien un moment convivial où l’on peut discuter tranquillement en abolissant la barrière hiérarchique. Les échanges entre collègues après le travail étant l’un des principaux facteurs d’attachement des salariés à leur entreprise ¹, il est important d’apporter un soin particulier à  l’organisation de l’afterwork pour en profiter au mieux. Il est souhaitable de quitter le bureau pour un cadre privatisé plus décontracté à même de favoriser les échanges. Avouez que l’atmosphère ne sera pas la même à la terrasse ensoleillée d’un bar que dans une salle de réunion et vous pourrez faire découvrir un endroit sympa à vos collègues. Il est également apprécié que l’entreprise offre un verre et de quoi grignoter qui inciteront à prolonger ce moment en commun. Enfin pourquoi ne pas consulter les collaborateurs et choisir avec eux une activité de groupe qui permette de brasser les personnes et de souder l’équipe.

     

     

     

     

    Renforcer la cohésion d’équipe et  l’engagement

     

     

    Le turnover est un enjeu fort auquel sont confrontés les RH, d’autant plus qu’on estime le coût moyen d’un remplacement à 6 mois de salaire, ce chiffre pouvant exploser pour des profils rares ou des cadres supérieurs.⁴ Une bonne intégration des nouvelles recrues est primordiale pour le limiter. Pour preuve, pour plus de 2 salariés sur 3, un onboarding réussi les conduit à être encore dans l’entreprise 3 ans plus tard⁵.  L’afterwork est un excellent moyen d’onboarding et de diffusion de la culture d’entreprise. Moment idéal pour intégrer les nouvelles arrivants, il leur fait découvrir l’ambiance et leur donne l’occasion de faire la connaissance de leurs futurs collègues, de créer des liens et de mieux appréhender les codes et les valeurs de l’entreprise.  Et parce que l’intégration débute avant l’arrivée, il est de mise de convier les nouvelles  recrues dès la signature du contrat, une façon de les faire se sentir attendues.

     

     

    Au-delà des nouveaux arrivants, l’afterwork donne aussi la possibilité de retrouver des collègues que l’on voit moins fréquemment (commerciaux itinérants, consultants chez les clients, salariés en télétravail…) et pour qui l'éloignement avec la société peut se répercuter sur le niveau d'engagement. L'afterwork permet de se rapprocher de son entreprise et de créer un esprit de camaraderie et de solidarité.

     

     

    Autre enjeu majeur, la gestion des connaissances. D’après Lew Platt, l’ancien PDG de Hewlett-Packard, « Si HP savait ce que HP sait, nous serions 3 fois plus productifs ». Cette citation illustre l’importance que revêt le Knowledge Management dans la compétitivité d’une entreprise.  Si son ROI reste difficile à calculer de façon précise,  des compagnies pétrolières ont par exemple  établi que le partage  de connaissances techniques parmi les équipes de forage a contribué à réduire les problèmes et à accélérer le process permettant d’économiser des dizaines de millions de dollars par an.⁶ L’afterwork peut être une opportunité de contribuer au développement de l’intelligence collective en identifiant qui détient telle ou telle connaissance (culture, méthodes, clients, concurrents…) et en les partageant régulièrement. Il offre la possibilité de rencontrer des collègues travaillant dans d’autres équipes sur d’autres sujets mais avec peut-être les mêmes problématiques. L’occasion de mieux comprendre le travail effectué par ses collègues et d’échanger sur des méthodes, des bonnes pratiques… Encourager la collaboration et le partage d’information est un moyen d’impliquer les salariés, de créer une cohésion et de stimuler l’innovation.

     

     

     

    De façon plus générale, la bonne qualité des relations favorise le travail en équipe et booste la productivité. Elle aide aussi à « tenir le coup » pour surmonter des situations professionnelles difficiles et, d’après une étude publiée dans la Personality and Social Psychology Review⁷, réduirait le risque de burn-out. L’afterwork -et le message qui y est véhiculé- est également le témoignage d’une reconnaissance envers les collaborateurs, source de motivation et d’engagement.

     

     

     

    Un moment de communication managériale privilégié

     

     

     

    Pour le manager, cette cohésion d’équipe facilitera la communication interne et le partage d’une vision commune. Le manager de proximité détient un rôle clé dans la diffusion de la stratégie et l’accompagnement des changements. Le début d’un afterwork peut ainsi être consacré à la diffusion d’informations, par exemple en faisant le point sur les projets en cours, en partageant des bonnes pratiques ou de célébrer des bons résultats. L’objectif est de fédérer les salariés autour de la stratégie de l’entreprise, de leur donner envie de mettre en application des nouveautés et de renforcer le sentiment d’appartenance.

     

     

    Incarnation de la stratégie auprès de son équipe, le manager est également un relais de communication bottom – up. Ces moments d’écoute et d’échanges offerts par l’afterwork, permettent au manager de prendre le pouls de ses collaborateurs : perception des signaux faibles, détection d’éventuelles tensions, identification des craintes, recueil de leur avis et de leurs suggestions sur les sujets du moment, meilleure appréhension de leurs attentes, soient autant d’inputs pour affiner leur management et remonter aux dirigeants les freins et leviers de succès relatifs à la mise en œuvre de la stratégie Se sentant écoutés et reconnus, les collaborateurs s’engagent et adhèrent plus facilement aux évolutions.

     

     

     

    Les bonnes pratiques pour organiser un afterwork réussi

     

     

     

     

     

    En synthèse, l’organisation d’afterwork réguliers permet d’actionner à peu de frais plusieurs leviers favorisant la cohésion, l’engagement et la productivité des collaborateurs.

     

    • Les afterworks sont propices à l'instauration d’une bonne ambiance et à la création de liens amicaux, facteur de cohésion

     

    • Composante d’un onboarding réussi, ils permettent de diffuser la culture d’entreprise et de nouer des liens avec ses nouveaux collègues, contribuant ainsi à limiter le turn-over

     

    • Si à eux seuls ils ne peuvent suffire pour identifier et partager les connaissances, ils y contribuent et aident à instaurer un état d’esprit adéquat

     

    • Enfin les afterworks constituent une opportunité pour développer une communication de proximité qui accompagne la mise en œuvre de la stratégie, valorise les managers, et renforce l’implication et le sentiment d’appartenance des collaborateurs

     

     

     

    ¹ sondage OpinionWay pour j’Aime ma boîte et Privateteaser réalisé auprès de 1060 salariés français en septembre 2017

    ² Harvard Business Review -  https://hbr.org/2016/08/millennials-are-actually-workaholics-according-to-research  et Insee - https://www.forbes.fr/management/comment-les-millennials-dessinent-l-entreprise-de-demain

    ³sondage Parlons travail en partenariat avec Viadeo réalisé le 21/09/2016.

    ⁴  https://news.easyrecrue.com/analyser-turnover et Society of Human Resource Management - https://blog.shrm.org/sites/default/files/reports/Retaining%20Talent-%20A%20Guide%20%28Q1%29.pdf

    ⁵ SHRM Foundation - https://www.shrm.org/foundation/ourwork/initiatives/resources-from-past-initiatives/Documents/Onboarding%20New%20Employees.pdf

    ⁶ Harvard Business Review -  https://hbr.org/2006/12/whats-your-return-on-knowledge

    ⁷ étude “A Meta-Analytic Review of Social Identification and Health in Organizational Contexts” publiée en 2016 dans la Personality and Social Psychology Review