• Facebook@Work : Pour le meilleur ou pour le pire ? Facebook@Work : Pour le meilleur ou pour le pire ?
    Digital
    Digital
    1887 Vues
    11/03/2015
    DVEL

    Après quelques mois de rumeurs, de nombreux médias et finalement Facebook ont officialisé la sortie prochaine d’une version de Facebook dédiée à la collaboration en entreprise de Facebook : fb@work.

     

    Pour le secteur des Réseaux Sociaux d’Entreprise (RSE) qui tendait à la maturité avec quelques acteurs dominants (IBM Connection, Microsoft Sharepoint et Yammer, Jive, Salesforces, Sitrion, BlueKiwi, GoogleApps …), c’est une petite révolution !  Un acteur tel que Facebook va forcément faire bouger les lignes et challenger le marché.

    Pourtant, le sentiment vis-à-vis ce nouvel entrant laisse plutôt songeur les acteurs du marché, qui au mieux attendent d’en savoir plus. La proposition de valeur de l’éditeur était en effet assez floue entre un réseau collaboratif interne de type Yammer, un réseau social professionnel ouvert de type LinkedIn/Viadeo, ou les deux ! L’éditeur clarifie désormais sur son site* la première option. Mais si le sentiment est mitigé c’est également que dans l’esprit de la plupart des managers Facebook et travail ne font pas forcément bon ménage (le site est souvent bloqué sur les postes de travail professionnel).

     

    Bref, Facebook@Work ne laisse pas indifférent : mais concrètement, est-ce pour le meilleur ou pour le pire ?

     

    Pour le meilleur car :

     

    Facebook, ou même WhatsApp sont déjà présents comme réseaux sociaux pour les collaborateurs, mais font partie de cette « Shadow IT d’entreprise ». Formaliser une offre dédiée permettra donc d’adresser de  nouveaux services aux DSI souhaitant « ouvrir mais garder une certaine maitrise » sur l’outillage des collaborateurs.

    Après plus de 10 ans d’existence, les grands principes de Facebook sont connus de tous, et la prise en main de l’outil (une difficulté pour nombreux RSE) s’en trouvera facilitée. En s’ouvrant au monde professionnel, le réseau social grandit donc avec ses premiers utilisateurs : « les étudiants des années 2000 ».

    La force de Facebook n’est pas son périmètre fonctionnel mais son moteur social. L’intelligence de ce moteur pour pousser aux utilisateurs des contenus à valeur ajoutée, suggérer des contacts, …, va être un différenciateur fort par rapport à ses concurrents. Cette brique technique est souvent décevante sur les RSE du marché. Sur un autre aspect, la mobilité, Facebook semble également pouvoir avancer des arguments sérieux, comme en témoigne sa présence sur l’appstore d’Apple** avant même la sortie finale du produit.

     

    Pour le pire car :

     

    Le RSE, pour s’imposer dans les organisations, a plutôt souffert de sa comparaison à Facebook et la dimension chronophage associée. Les éditeurs actuels se sont d’ailleurs plus souvent positionnés comme l’anti-facebook, focalisé sur des usages collaboratifs et sociaux professionnels productifs. Pour des décideurs mitigés, il n’est pas certain que l’arrivé de Facebook sur ce marché de niche soit le signe qu’ils attendaient pour moderniser l’urbanisme SI vers plus d’usages sociaux.

     

    Les finalités des réseaux sociaux grands publics et d’entreprise sont finalement très différentes, même si les logiques fonctionnels sont proches (profil riche, conversation, recommandation, partage d’information …). Si on regarde par exemple sur l’angle des modèles économiques :

     

    • Approche « réseau social grand public » : Facebook vend un « temps de cerveau disponible» à des marques pouvant proposer une publicité très ciblée du fait d’une connaissance approfondie des membres. (le fameux « si c’est gratuit, c’est vous le produit »). La finalité est donc plutôt la quantité : d’utilisateurs, de posts … et de clics
    • Approche « réseau social d’entreprise » :  il s’agit de proposer un service payant à des organisations contenant une solution ayant la capacité de permettre de mieux collaborer, de développer l’engagement interne, de favoriser la créativité … tout en offrant au client garanties de sécurités, de non-divulgation d’information, de mise à jour (et bien sur l’absence de publicité). La finalité est plutôt la qualité, avec de la création de valeur permettant de justifier un retour sur investissement.

     

    Ainsi, en s’ouvrant sur le marché des RSE, Facebook qui incarne la première approche va apporter de la confusion sur la finalité de ce type de réseau. On peut d’ailleurs se poser la question de la structure des futures offres de la firme de Marc Zuckerberg mais il est probable que l’on y retrouve le modèle freemium, comme celui de Yammer permettant de diversifier ses revenus. La grande question reste celle de la publicité : pourrait-elle faire ouvertement son apparition dans des portails professionnels internes ?
     

    La cible de Facebook semble être plus naturellement les TPE et PME, qui sont peu équipés en RSE, et qui seront moins regardantes sur la confidentialité ou la possibilité d’avoir de la publicité intégrée. Sur cette position, c’est plutôt Google, dans son offre pro qui peut se sentir menacé au-delà de l’échec de G+ sur le grand public.

     

     

    En conclusion

     

    Facebook va très certainement déstabiliser les petits éditeurs spécialisés « social », positionnés traditionnellement dans des organisations de taille moyenne.

    Pour les leaders du marché, ils n’ont pas attendu cette annonce pour affirmer leurs positionnements et leurs avances technologiques vis-à-vis de ce nouvel entrant :

     

    • Microsoft a communiqué sur le graphe social Delve pour témoigner notamment de l’intégration de la brique sociale dans son écosystème portail Office 365.
    • IBM a mis en avant une nouvelle solution mail « Verse » et propose un des meilleurs moteurs intelligents : Watson. Sa puissance de calcul permet notamment de faire des suggestions de contacts et de contenu avec une certaine valeur ajoutée.

     

    LinkedIn fera certainement des annonces dès cette année, ce qui augure d’une nouvelle tendance générale de la socialisation du SI d’entreprise par les acteurs historiques des réseaux sociaux … pour le meilleur et pour le pire !

     

     

    * « Ce que vous partagez avec votre compte professionnel n’est visible que par les autres personnes de votre entreprise »
    Pour plus d’infos sur facebook at work : https://www.facebook.com/help/work/

     

    **L’application sur l’appstore d’Apple : https://itunes.apple.com/us/app/facebook-at-work/id944921229

Digital HR World RSE Collaboratif