• Des processus métier à replacer au cœur de l’apport de valeur du SIRH ! Des processus métier à replacer au cœur de l’apport de valeur du SIRH !
    RH
    RH
    1925 Vues
    06/01/2016
    SBON

    Dans un précédent article (cliquez ici), nous avions abordé la démarche de conduite du changement sous l’angle de l’évolution des processus métier, avec ce que cela implique en termes d’appropriation par les utilisateurs du SIRH.

     

    Pour faciliter la projection sur les nouvelles pratiques et mesurer les bénéfices qui en sont attendus, la démarche proposée par Althéa s’appuie sur un diagnostic évolutif des processus métier, permettant d’objectiver leur efficacité et les axes d’amélioration à envisager.

     

     

     

    Diagnostic de maturité des processus, reflet de la performance du SIRH

     

     

     

    Partons du constat, largement partagé par nos clients, que l’efficacité et la fluidité des processus métier constituent un enjeu déterminant dans la modernisation du SIRH. C’est pourquoi il est essentiel de replacer l’approche par les processus au cœur de la réflexion sur l’apport de valeur d’un SIRH moderne, tant en termes de solutions applicatives que de niveaux de service délivrés aux clients finaux, collaborateurs et managers.

     

     

    L’analyse des processus permet de cartographier les modes de fonctionnement et pratiques métier dont la formalisation est généralement peu ou pas partagée par les acteurs qui les mettent en œuvre ou y participent. Le premier bénéfice de la modélisation des processus est de faciliter le diagnostic de l’existant, grâce à une représentation graphique des flux entre les différents acteurs impliqués. Cela accélère la prise de recul et la projection sur les axes d’optimisation, à partir de la mise en relief des points de souffrance ou dysfonctionnements de l’organisation existante.

     

     

    Au-delà de ce diagnostic préalable, l’enjeu pour la DRH est double. D’abord, objectiver les gains attendus pour promouvoir les améliorations qu’elle cherche à obtenir. Puis, en suivre les impacts sur la qualité et la performance des services réellement délivrés à ses clients.

     

     

    La problématique devient alors de faire vivre le diagnostic de maturité de ses processus pour en mesurer les réels bénéfices dans la durée : ceux observés suite à la mise en place d’un nouvel outillage (refonte SIRH, élargissement fonctionnel, mise en place d’un portail et self-services), d’un nouveau service (externalisation de la DSN) ou d’une nouvelle organisation (mutualisation de ressources et/ou harmonisation de pratiques au sein d’un CSP, décentralisation auprès d’acteurs locaux).

     

     

     

     

    Un capital organisationnel, mesurable et évolutif

     

     

     

    S’inscrivant dans une perspective d’offre globale, Althéa innove en apportant un conseil outillé dans le cadre de son offre Process Reengineering. En proposant la digitalisation du diagnostic de maturité des processus métier, la projection sur les scénarios d’optimisation et leurs bénéfices est rendue plus lisible. L’impact des changements organisationnels est mis en lumière sur une échelle de niveaux pour chacune des 5 caractéristiques clés d’un processus :

     

     

    • Automatisation (guidage, enchaînement des étapes),

     

    • Fluidité (séquencement, lien avec d’autres processus),

     

    • Sécurisation (contrôles, alertes, confidentialité, traçabilité des actions),

     

    • Déconcentration (acteurs, workflows, niveau de validation/délégation),

     

    • Efficacité (livrables, timing).

     

     

     

    Au même titre qu’un livre blanc de paie constitue la « bible » réglementaire pour une DRH, la modélisation des processus métier détermine son capital organisationnel et permet aux responsables métier de mesurer son évolution et ainsi de piloter leur démarche d’optimisation et de rationalisation des pratiques :

     

     

    En phase d’étude amont, pour définition de la cible organisationnelle (enjeu d’une refonte SIRH ou d’un programme d’amélioration de l’existant).

     

     

    En phase projet, pour objectiver les choix de conception et leurs impacts sur la cible initiale projetée en avant-vente. Pour structurer la préparation de la recette métier sur une approche opérationnelle et transverse (et ainsi rompre avec la vision classique de tests par silos fonctionnels). Et enfin pour constituer le socle de la conduite du changement, en permettant d’adosser les nouveaux modes opératoires à la cartographie des processus et par suite de mettre en relief les points-clés de la démarche d’accompagnement des utilisateurs sur la base des changements entre l’existant et la cible.

     

     

    Et durant toute la période d’exploitation d’une solution SIRH, pour assurer le suivi et le partage des pratiques et de leurs évolutions dans une démarche d’amélioration continue… celle de l’entreprise apprenante.

     

     

     

     

    Cette thématique vous intéresse ? Découvrez aussi :

     

     

    RH : Le plaisir comme indicateur qualité du changement

     

     

     

     

    Du même auteur :

     

     

    Comment l’entretien professionnel transforme-t-il le droit à la formation du salarié en un devoir de l'employeur ?

     

     

    Le coaching chez Althéa

     

RH SIRH Process