• BIG Foutware: Comment l'éviter ? BIG Foutware: Comment l'éviter ?
    Digital
    Digital
    1274 Vues
    16/09/2015
    JSM

    Le monde des projets informatiques est un monde passionnant. Passionnant pour les défis à relever, passionnant pour les échanges avec le métier, le terrain. Passionnant de par les acronymes évoluant sans cesse depuis les années 80 (Digital, big data, HR Portal, API, ultra analysis, fast and furious ...).

     

    Les idées fusent, les besoins s'expriment, les budgets se formalisent. On peut sentir le trépignement, l'attente fiévreuse de voir se transformer une idée en projet puis en application. Mais l'euphorie peut laisser la place à l'étonnement, voire le questionnement. Surtout quand une idée excellente n'a été regardée que par le petit bout de la lorgnette.

     

     

    L’effet papillon

     

    Arrivé le moment de l'intégration dans un SI global, et là, les bénéfices ne sont pas au rendez-vous. La transformation de l’idée en application ne répond pas aux nécessités du terrain. Un peu comme une chenille se transformant en papillon, mais un papillon dont les ailes seraient tellement disproportionnées qu'il lui serait impossible de voler. Il a pourtant coûté un certain prix, ce papillon.

     

     

    Une belle idée

     

    Pourtant, tout était là : une belle idée, des gens motivés, des acronymes anglicisés, des technologies nouvelles et forcément sans failles puisque encensées dans la littérature informatique. Et voilà que le papillon - assurément doté de jolies couleurs - ne peut pas voler !

     

     

     

    La chaine de valeur

     

     

    Profitons de la pause offerte par cette mésaventure pour tenter d’analyser ce qui n’a pas fonctionné. Commençons par le besoin exprimé ; il est clair, correctement exprimé et correctement compris : le client a dessiné un papillon et souhaite le doter d’ailes plus performantes et plus jolies pour qu’il puisse voler plus haut, plus longtemps et attirer des clients.

     

    Pour répondre à ce besoin, on a identifié des outils à mettre en place : feutres, ciseaux, papier, tissus, colle, règles … habitués que nous sommes aux bi-centimètres, on va utiliser cette unité de mesure, ça fera gagner du temps et donc de l’argent. Les ciseaux sont en béton, c’est du solide ! Les ailes seront décorées avec tout plein de données issues des autres systèmes, leur surface le permettant.

     

    Le plan des ailes a été dessiné et validé, parfait (le papillon fait 5 (on l’a lu quelque part), on met donc des ailes de 7 car l’harmonie est importante). Maintenant, coupons et collons. Bon, les ciseaux en béton c’est quand même un peu lourd, mais en rajoutant quelques personnes agiles, hop, ça le fait. On ajoute un peu de colle (pas plus haut que le bord, ça pourrait déborder mais comme on a identifié ce risque, on gère).

     

    Voilà ! On a une belle paire d’aile collée au papillon … qui, étonnamment, semble incommodée par ses nouveaux attributs ; mais rien de plus normal, nous allons maintenant entamer le processus de gestion du changement. Déployons les ailes et admirons les nouvelles données.

     

    Là, on remarquera que le papillon manque de performances tout en produisant des efforts importants. Pour éviter la fatigue du papillon, il est mis en sommeil et un audit est lancé afin de comprendre pourquoi il n’est pas performant.

     

    Un audit mettra en évidence que l’unité de mesure du papillon a toujours été le cm et que ses nouvelles ailes sont trop grandes. Mais très jolies, au demeurant.

     

     

     

    Ce qu’il faut retenir (moralité)

     

     

    Notre époque est riche de nouvelles technologies, de nouvelles pratiques de pilotage de projet se mettent en place, les mentalités évoluent et s’adaptent à tous ces changements. Mais les projets restent des projets, tout ce qui existe dans une entreprise est bien réel et a été mis en place pour répondre à des besoins réels. Tout cet écosystème doit faire l’objet d’une étude préalable pour garantir la bonne intégration des nouveaux projets et ce malgré l’utilisation de toutes ces nouveautés. En cela, il y a des profils d’experts qui demeurent incontournables : les architectes. Ils sont le lien entre le legacy et la Digital Factory. Oublier de les intégrer au dispositif organisationnel dès le début d’une aventure peut devenir ... aventureux.

     

     

    A suivre : Observons un papillon…

     

     

    Cette thématique vous intéresse ? Découvrez aussi :

     

     

    Portail RH : Problématiques

     

    L'approche Big Data du CRM* peut-elle dépoussiérer l'offre des Portails RH ? (1/4)

     

Digital Portail Big Data Projet